Subscribe Newsletter

X
A+ A-
Mozambique


 
Au fil du temps, l'Etat mozambicain comme les autres nations du continent africain, a entamé des réformes dans la prestation de services aux citoyens. A cet effet, elles incluent les mesures préconisées par le programme d'ajustement structurel qui a eu des conséquences sociales immédiates, en particulier dans les services de santé et de l'éducation et dans la réduction de l'écart en matière de chômage.
 
Depuis la fin des années 1990 et au début des années 2000, influencées par une nouvelle approche de la gestion publique, de nouvelles réformes beaucoup plus basées sur les programmes de réduction de la pauvreté ont été introduites. Aussi, elles mettent désormais l’accent sur la question de la décentralisation et l'amélioration des services publics. À l’époque, il y avait une pression à cause de la recherche de résultats rapides. Connues pour quick wins, (programmes d'impact immédiat), ces mesures dans certains domaines, tels que la flexibilisation des procédures administratives ont apportés des résultats encourageants.
 
En 2001, la Stratégie mondiale pour la réforme du secteur public é été lancé, ce qui donne plus d'élan à la question de l'amélioration de la qualité de la prestation des services publics.
La réforme s’est déroulée en deux phases interdépendantes. La première phase (2001-2004) destinée à la création de conditions de base pour la transformation du secteur public.
La deuxième phase (2004-2011) était destinée à revoir et / ou développer les programmes et projets réalisés ou expérimentés dans la première phase, ainsi que d'étendre les effets de la réforme initiée par le biais des programmes et projets ayant un impact plus large et plus spécifique.
 
Dans ce contexte, et pour accélérer la réforme, le gouvernement a créé l’UTICT (Unité technique de mise en œuvre de la politique de l’Informatique) comme unité technique dont l’attribution générale est d’aider la Commission pour la Politique d'Information (CPInfo), qui sera dissoute par décret présidentiel n ° 3/2007, du 8 Mars. Ses compétences ont été transférées à la Commission  interministérielle de la réforme du secteur public (CIRESP). L’UITCT est à l’origine de l’INTIC (Institut National des Technologies de l'Information et de la Communication).
 
Depuis lors, le gouvernement a adopté les TIC comme un outil indispensable au processus de réforme et de modernisation du secteur public.
 
En outre, dans ce processus, l'Etat mozambicain a rencontré toute sorte d’obstacles, notamment financiers, raison pour laquelle il a toujours bénéficié du soutien d'autres États et d’organismes de coopération multilatérale. C’est pourquoi,  il doit accueillir favorablement le PASP-PALOP-TL, en espérant que cette initiative contribuera fortement à la modernisation des services fournis aux citoyens.
 
Politique et Stratégie de mise en oeuvre de la Gouvernance Electronique
 
La stratégie de la gouvernance électronique du Mozambique est le résultat d'un long travail et de coopération exemplaire entre la Commission pour la politique d'information (CPInfo) et la Commission interministérielle pour la réforme du secteur public (CIRESP), à travers ses unités techniques – l’unité technique de la mise en œuvre de la politique de l'information (UTICT) et l'unité de réforme du secteur public technique (UTRESP) – dans un exercice soutenu par une équipe de consultants nationale et internationale et financé par le Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies (UNDESA).
 
Accédez à la base légale de la Gouvernance Electronique.

PALOP-TL / UE Cooperation
Co-financiers
Project Management
Technical Supervision
Suivez-nous